Intervention en séance plénière dans le débat sur la réaction de l’Union face à la répression croissante contre les mouvements de protestation en Iran

Madame la Présidente, jamais il n’y aura de normalisation en Iran. Le retour au statu quo ante est désormais impossible car la contestation s’est trop généralisée et la répression trop durcie pour que ce régime puisse reprendre les choses en main.

La théocratie est à l’agonie, mais demain ? Il n’est pas impossible que les scènes de fraternisation entre manifestants et policiers se multiplient et que ce pouvoir s’écroule brutalement. Le plus probable est cependant que l’on passe d’abord par une phase de militarisation du régime qui verrait les gardiens de la révolution prendre le pas sur le clergé. C’est l’hypothèse la plus vraisemblable, mais cette phase militaire n’aurait qu’un temps, car les Pasdaran feraient alors face à la double opposition de la population et de la partie la moins obscurantiste du clergé qui voudra limiter le recul de la foi.

Une nouvelle page s’ouvre en Iran, celle des femmes, de la vie, de la liberté.

Voir la vidéo de l’intervention

Print Friendly, PDF & Email

English Deutsch