Intervention en séance plénière sur la situation à la frontière ukrainienne et dans les territoires de l’Ukraine occupés par la Russie

Bernard Guetta (Renew). – Madame la Présidente, chers collègues, je ne vais pas revenir sur ce que tant d’entre vous ont déjà dit, bien dit et légitimement dit sur les gesticulations militaires russes à la frontière de l’Ukraine.

Je voudrais attirer plutôt votre attention sur la négociation qui se cherche entre l’Alliance atlantique et la Russie. Il se cherche une négociation entre l’Alliance et la Russie. Alors si cette négociation s’ouvre, ou même ces discussions, qu’aurions-nous à dire à M. Poutine? Eh bien, nous aurions à lui dire: vous avez des préoccupations de sécurité ? Oui, peut-être, très bien, mais nous aussi et nous en avons parce que c’est vous qui avez annexé la Crimée. Parce que c’est vous qui avez porté la guerre en Ukraine orientale. Parce que c’est vous qui avez de facto annexé deux parties de la Géorgie. Parce que c’est vous qui semez l’instabilité sur le continent Europe.

Alors Monsieur Poutine, vous voulez parler de garanties de sécurité ? Très bien, parlons-en. Mais quelles garanties de non-agression et de non-ingérence dans leurs affaires intérieures offrez-vous à vos voisins immédiats comme l’Ukraine, la Géorgie, la Moldavie, le Bélarus, Monsieur Poutine, le Bélarus? Alors oui, ces négociations vont s’ouvrir. Tant mieux, nous devons nous en féliciter. Mais rappelons-en les termes et rappelons-les à M. Poutine.

Print Friendly, PDF & Email

English Deutsch Magyar